Historique

RDL 68 est issue du mouvement des radios libres de la fin des années 70. C’est de Radio verte Fessenheim que descend directement RDL 68. Retrouvez l’histoire de cette radio incontournable à Colmar et dans ses environs:


Les émissions en FM sur le territoire français datent de 1954. A cette époque, l’Etat a le monopole de la bande FM. Les premiers programmes à proprement parler sont émis fin mars 1954, sous le contrôle d’une société nationale gérant l’audiovisuel, la Radiodiffusion Télévision Française, ou RTF. Le 13 novembre de l’année suivante, on peut entendre sur ce « programme spécial » la première de l’émission « Le Masque et la Plume ». Il s’agit d’une émission culturelle de théâtre et de littérature, qui connaîtra un grand succès car elle organise des débats en public.
En 1963, un concours organisé suite à l’inauguration de la Maison de la Radio renomme les trois stations gérées par l’Etat : le « programme spécial », devenu France IV – Haute Fidélité est rebaptisé France Musique. Le Programme National, encore appelé France III – National devient France Culture, et la station France I – Paris Inter devient France Inter. Il est à noter que ces noms, attribués le 8 décembre 1964, sont toujours d’actualité. Durant la même année, l’ORTF remplacera la RTF. C’est en 1975 que l’ORTF deviendra Radio France.
La Maison de la Radio, créée par l’architecte Henry Bernard. Ce bâtiment abrite 61 studios d’enregistrement.
Les premières émissions stéréophoniques sont faites par France Musique en 1969. Cependant, la couverture FM prend du temps à se mettre en place, et seul un tiers des foyers peut y accéder, avec moins de 200 émetteurs en service. Mais en réalité, peu de français sont équipés d’un récepteur FM, ces derniers étant rares et encombrants, en plus d’être chers jusqu’à la fin des années 1960.

logo_rtf


Dès 1964, une radio diffusant depuis un bateau, appelée Radio Caroline, fait entendre sa musique pop près des côtes anglaises, et ceci en toute illégalité. Après trois semaines d’émission, pas moins de dix millions d’auditeurs écouteraient cette station, selon un sondage. D’autres initiatives de ce genre ont eu lieu en Europe, comme en Italie avec Radio Alice ou aux Pays-Bas.
Radio Campus, située à Lille, fut la première radio libre française. Ses émissions ont débuté en 1969, et elles existent toujours. D’autres groupes de passionnés se lancent à l’assaut du monopole français, souvent pour défendre une cause : Radio Active, implantée à Lyon en 1976, dénonce la construction de la centrale nucléaire de Malville, à proximité.
A Nancy, la CGT crée Radio Lorraine Cœur d’Acier afin de protester contre les fermetures dans la sidérurgie. Ces radios émettent à faible puissance sur des fréquences libres. Cependant, elles sont qualifiées de « pirates » et les autorités tentent de les brouiller. Il devient de plus en plus facile d’obtenir un émetteur FM, ceux-ci étant de petite taille et de coût modeste. Le matériel était la plupart du temps d’origine italienne.
En 1977, Jean Edern Hallier, écrivain très connu à l’époque, lance Radio Verte à Paris, et abrite les studios. Les émissions clandestines n’ont duré que deux jours, et les auditeurs ont pu assister en direct à l’arrestation des animateurs Brice Lalonde et Antoine Lefébure. Ces derniers avaient annoncé au micro l’arrivée de dizaines d’autres radios libres partout sur le territoire.


La première radio pirate alsacienne va alors être créée par des militants écologistes. Il s’agit de Radio Verte Fessenheim, qui diffuse grâce à un émetteur artisanal. La première émission est diffusée le 4 juin 1977. Les programmes ont pour thème la centrale nucléaire inaugurée la même année, et ils sont faits en français, allemand et alsacien. Durant l’été 1977, le site d’émission est placé en Allemagne pour réduire le risque d’interpellation.

Le 3 septembre 1977, la police française, mais aussi allemande, vont collaborer pour tenter une saisie du matériel. L’opération est un échec, car la solidarité des habitants est très forte. Pour nuire aux émissions pirates, les pouvoirs publics installent un émetteur pour brouiller Radio Verte Fessenheim. Mais la radio va alors déployer 6 émetteurs, en différents lieux et utilisant différentes fréquences, pour continuer son activité. Les émissions ont lieu les vendredis et samedis soirs.
En décembre 1977, création de l’association des amis de RVF. La station met en place des comités de soutien dans 30 villages et quartiers d’Alsace. Ces comités sont chargés de sensibiliser la population, de l’inciter à écouter les émissions, mais aussi de récolter des fonds par la vente des émissions enregistrées sur cassettes.
RVF diffuse sa première émission en décembre 1977 en direct de Masevaux, petite ville au pied du massif-vosgien.

rvf-logo-2

A partir de d’avril 1978 RVF développe et diversifie ses émissions. D’autres thèmes que la lutte anti-nucléaire sont abordés. Une de ces émissions consacrée à la pollution des Mines de Potasse d’Alsace voit la participation des maires et d’un Conseiller Général du Haut-Rhin.
Les thèmes abordent la question de la perte de l’identité culturelle et de la langue alsacienne, mais aussi la détérioationde l’emploi et des conditions de travail, l’invasion des trusts industriels. L’écologie, la politique et le régionalisme sont les trois piliers de la station, qui se situe clairement à gauche.
Fin 1978, les animateurs de RVF apportent régulièrement leur soutien à d’autres stations pirates françaises, par le prêt de matériel ou en prodiguant des conseils. Ainsi, 4 techniciens de RVF aideront la station pirate lorraine « SOS Emploi » à naître, par le prêt de 2 émetteurs.

logo radio verte fessenheim

De 1979 à 1980, pour échapper au brouillage qui est persistant, la station installe jusqu’à 13 émetteurs différents dans les Vosges ou en Forêt Noire. Les parties de cache-cache avec la police sont généralement gagnées par RVF, mais la police allemande arrivera tout de même à saisir un émetteur et à inculper deux personnes. En mai 1980, RVF fête ses 3 ans d’existence en s’offrant le luxe d’une émission publique depuis la place de la mairie de Lutterbach.

Le phénomène des radios clandestines prend de l’ampleur, à tel point que les hommes politiques s’en mêlent. Le premier ministre de l’époque, Raymond Barre, indique qu’elles constituent « un germe puissant d’anarchie ». Des membres du parti socialiste, quant à eux, annoncent leur soutien aux radios libres. En particulier, le numéro un du PS, François Mitterrand, promet de libérer la bande FM en cas d’élection aux présidentielles de 1981. Celui-ci est intervenu en juin 1979 à l’antenne de Radio Riposte, fondée par des membres du PS. La police est envoyée pour saisir le matériel, mais le parti avait déménagé sa radio.

Septembre 1981, après l’élection de François Mitterrand à la Présidence de la République, le monopole de la radio est sur le point d’éclater en France. La clandestinité va se transformer en précarité. Après l’interruption habituelle de l’été, Radio Verte Fessenheim décide de renoncer à poursuivre ses émissions. Ses animateurs lancent un nouveau projet de radio : RADIO DREYECKLAND (« la radio des trois coins de pays ») prend le relais de RADIO VERTE FESSENHEIM. Elle dispose en efffet de fréquences en France (Obernai, Sélestat, Lapoutroie, Colmar, Mulhouse), en Alleamgne (Fribourg et Schopffheim) et en Suisse (Bâle).

Mise en place d'un émetteur clandestin
mise-place-emetteur
Mise en place d’un émetteur clandestin


Suite à l’élection de François Mitterrand, les émissions de l’ensemble des radios libres deviennent tolérées, en attendant une loi leur attribuant un réel statut. Mitterrand met en place la loi Fillioud le 29 juillet 1982. Cette loi, du nom de son Ministre de la Communication Georges Fillioud, autorise les radios indépendantes à émettre, ce qui met définitivement fin au monopole. Les radios clandestines deviennent alors des R.L.P. : des Radios Locales Privées. Mais de nombreuses concessions sont faites : la puissance des émissions est limitée, les stations ne doivent pas former de réseau et la publicité est interdite à l’antenne. Ce dernier point causera des problèmes pour le financement des radios, ainsi certaines emploieront de la publicité « déguisée ».
Comme il est question de regrouper de nombreuses stations alsaciennes sur des fréquences partagées, et que RVF disposait à la fois de nombreux émetteurs et d’équipes décentralisées, il est décidé de lancer plusieurs radios Dreyeckland dirigées par des associations différentes. Ainsi, 4 associations se partagent l’Alsace :
Radio Dreyeckland sud Alsace à Mulhouse sur 100,5 MHz ;

Radio Dreyeckland Colmar et Vignoble à Colmar sur 107 MHz ;

Radio Dreyeckland Moyenne Alsace à Strasbourg sur 100, 104 et 100,3 MHZ ;

Radio Dreyeckland Hagueneau à Hagueneau sur 101,5 MHz.

L’association Radio Dreyeckland Libre (RDL) a été crée lors de l’Assemblée Générale constitutive du 13 février 1982, inscrite le 11 mai 1984 au Registre des Associations du Tribunal d’Instance de Colmar sous les références, Volume 36, Folio 7.
Des associations de radios se forment et font pression sur le gouvernement afin d’obtenir le droit à diffuser de la publicité. Ce droit sera accordé en 1984, car les politiques constatent la diffusion incessante de messages publicitaires sur les antennes. De plus, une éventuelle subvention versée pour aider les radios privées coûterait cher à l’Etat. En 1985, les deux stations du Bas-Rhin fusionnent pour devenir Radio Dreyeckland Moyenne Alsace sur 91,4 MHZ.
Le droit à diffuser de la publicité impose aux R.L.P. de faire des choix : elles peuvent soit garder un statut associatif, soit elles deviennent des entreprises commerciales.

Dans le premier cas, ce sont les animateurs qui participent au financement de leurs stations, et l’Etat reverse tout de même une aide, provenant des revenus publicitaires d’autres radios (FSER).

Les radios devenues commerciales ont pour effet de transformer les auditeurs en consommateurs, et l’audience prend la forme d’une marchandise. Ces radios ont pour but de séduire le public et d’attirer les annonceurs. Il s’ensuivra une logique de concurrence entre les R.L.P, et de nombreuses stations des premières heures vont disparaître. Pour subsister, des stations locales vont s’associer sous un nom commun. C’est la station NRJ qui a appliqué la première ce principe de franchise au monde de la radio.
Afin de réorganiser la bande FM et de limiter les pratiques de rachat des radios locales par les stations les plus importantes, le gouvernement fonde une institution en 1989. Il s’agit du Conseil Supérieur de l’audiovisuel, le CSA, qui a également pour mission de surveiller le contenu des émissions. C’est cet organisme qui peut adresser des mises en demeure à considérer comme des avertissements avant des sanctions, pouvant aller jusqu’à l’interdiction d’émettre.
Dans les régions sont créés les Comités Techniques Radiophoniques : les CTR. C’est auprès de ces derniers qu’il faut s’adresser si l’on veut fonder une radio.
Les radios libres sont à présent classées par catégories, avec leurs obligations respectives.Ce tableau présente les cinq catégories finalement adoptées en 1994 :

tableau categories radio

Parmi ces catégories, on remarque celle des « Locales franchisées ». Ces radios diffusent un programme commun, souvent parisien, et des programmes locaux lors de « décrochages ». Ceci est utilisé pour les flashes d’informations, pour les bulletins météo mais également dans le but de diffuser de la publicité locale.
En 1997 et 1998 : la station Radio Dreyeckland Moyenne Alsace sur 91,4 MHZ, perd son statut associatif et se rapproche de la station commerciale de catégotie B, « Radio Dreyeckland » de Mulhouse avec laquelle elle fusionne.

dreyeclk


Ce paragraphe s’attache aux évènements et aux actions menées par l’association de 1982 à nos jours (et non à l’activité radiophonique de tous les jours, détaillées dans les émissions).

1982 : L’Assemblée Générale constitutive à lieu le 13 février 1982, le siège de l’association est alors situé au 9 rue de l’Ours à Colmar. Marc Tempé est le Président et fondateur (1977). Le studio de la radio est situé au 78a avenue de la République à Colmar, dans la cave des locaux de l’association Espoir.
1984 : Le 11 mai 1984 elle a été inscrite au Registre des Associations du Tribunal d’Instance de Colmar, Volume 36, n°7 : Radio Régionale Libre Dreyeckland Antenne Locale Centre Alsace Colmar.
1985 : Décision n° 1985 – 46 (68-13-041) du 21 février 1985 : autorisant l’association Radio Régionale Libre Dreyeckland Antenne Locale Centre Alsace Colmar pour l’exploitation d’un service de radio de catégorie A par voie hertzienne terrestre en modulation de fréquence intitulé RDL 92.2 MHz Radio Dreyeckland Libre.

logo dreyeckland

1988 : RDL a 123 membres.
Production et réalisation du festival « Rock & Co» le 3 septembre 1988 (1ère édition) avec Isis Amenta Sanctuary, Lightmotiv, Sphinx, Zonix, Paradoxe et October au Marché Couvert de Colmar.
1989: Décision du CSA de reconduction n° 1989 – 46 (68-056-1) du 18 janvier 1989 : 92.2 MHz.
Production et réalisation du festival « Rock & Co» le 30 septembre 1989 (2ème édition) avec Les Splitters, les sales Gosses, Toy Toy Toy, Elsa Surpa et Sphinx au Marché Couvert de Colmar.
1990 : Production et réalisation du festival « Rock & Co» (3ème édition) au Marché Couvert de Colmar.

logo dryeckland libre

Marc TEMPE Président – 15 rue Peyerimhoff, 68000 Colmar – 92.2 FM

1991: Production et réalisation du festival « Rock & Co» (4ème édition) au Parc Expo de Colmar.
1992: Quinzième anniversaire des trois radios Dreyeckland à Benfeld le 27 et 28 juin 1992.
Production et réalisation du festival « Rock & Co» le 19 septembre 1992 (5ème édition) avec Except You, Jade, les Vandales, Pavillon 36, Stephen’s Library, les Roadrunners et Lucievacarme au Parc Expo de Colmar.
1993: Production et réalisation du festival « Rock & Co» en novembre 1993 (6ème édition) avec Divin’O, Diesel Rash, Bande de Nazes, Dust, COP, Spécimen le vendredi et Skippies et Dominic Sonic le samedi. 630 personnes au Parc Expo de Colmar.
1994 : Production et réalisation (coproduction C’Rockeur) du festival « Rock & Co» les 2 et 3 septembre 1994 (7ème édition) avec Gaïa’s Fever, Charlotte aux fraises, Black Garden, Manson’s Child, Léo Parleur le vendredi et Cry Babies et The Dogs le samedi. 850 personnes au marché couvert de Colmar. Production d’un CD avec les 4 groupes du Haut-Rhin à 200 exemplaires.

EPSON MFP image
EPSON MFP image

1995: 18ème anniversaire de Radio Dreyeckland, production et réalisation du Macadam Jazz Festival du 6 au 10 juin, 5 concerts, expo, cinéma.
Changement de fréquence et décision de reconduction n° 1995 – 456 du 19 septembre 1995 : 103.5 MHz.
Production et réalisation (coproduction C’Rockeur) du festival « Rock & Co» les 13 et 14 octobre 1995 (8ème et dernière édition) avec Bates Motel, INK, Scrumpy Scops, Tmaz, Vandales le vendredi et Novi et Jad Wio le samedi. 600 personnes au marché couvert de Colmar.

Naissance du nouveau logo :

logo dreyeckland 3

1996: Participation à la Caravane des quartiers avec un atelier radio animé par Manu Chao du 22 au 26 mai 1996.
Fin du du Macadam Jazz Festival, festival récupéré en partie par la ville de Colmar. Cela devient, Festival Jazz au champ, (ville de Colmar) et Jazz en ville, 5 concerts au centre (Radio Dreyeckland) du 20 au 23 juin 1996.
1997: Abandon du projet de régionalisation envisagé en 1996 en partenariat avec nos radios « sœurs », Dreyeckland Mulhouse et Sélestat. Malheureusement ces radios n’ayant plus de statut associatif le projet n’avait plus lieu d’être.
En janvier, lancement d’un projet « Patchwork » avec les jeunes du quartier ouest, l’écriture et l’enregistrement d’un feuilleton radiophonique. Diffusion en juin sur Radio Dreyeckland. Projet d’installation d’une antenne (local) dans le quartier ouest de Colmar.
Festival Jazz au champ, 1 500 personnes (ville de Colmar) et Jazz en ville, 7 concerts au centre (Radio Dreyeckland) du 3 au 7 septembre 1997.
1998 : Suite à l’Assemblée Générale du 16 janvier et du Conseil d’Administration du 21 janvier, élection de Pascal FOERY comme Président. Ecritures de nouveaux statuts.

Naissance du nom de communication : RDL et nouveau logo.

logo rdl 4

1ère participation et radio diffusion en live le 25 juillet à la Beach Party (Fédé. Hiéro au Natala).
Fin du festival de Jazz pour RDL, festival récupéré par la ville de Colmar.
Nouveaux aménagements de décoration des studios de la rue Peyerimhoff.

EPSON MFP image

Production et réalisation du « festival de la rentrée » le 10 octobre avec les groupes Polar, Ginkgo et Jefh au Grillen.
1ère campagne d’affichage pour RDL à Colmar.

EPSON MFP image

EPSON MFP image

Production et réalisation de la Soirée du 31 décembre au Grillen.
1999 : Production et réalisation du festival « Un Printemps RDL » le 3 avril avec les groupes Candie Prune, Holden et Jérome Minière au Grillen.
Production et réalisation du festival « Un Eté RDL » du 12 au 25 juin avec les groupes Sun Plexus, Mon Chéri, Seven Hate, Dead End, Body Soft, Jefh, Manson’s Child, Novice au Grillen et au Glasgow.
Partenaire avec l’association NDC pour les « High teek ndc.

flyers NDC

Production et réalisation d’un concert avec les groupes Cornu et Ignatus le 2 décembre au Grillen.
2000: Production et réalisation du concert avec le groupe Autour de Lucie, le 8 décembre au Grillen.
2001: RDL est partenaire à la réalisation et à la promotion de la compilation CD, « la compil du Poussin », 16 groupes locaux sont présents.

EPSON MFP image
EPSON MFP image

Participation à la fête du quartier Florimont / Bel-Air le 10 juin.
Production et réalisation du concert de Wise Dub et Original Smokaz , le 1 juillet au Grillen.
Retransmission de certains concerts du festival Bêtes de Scène depuis le Noumatrouff à Mulhouse du 6 au 14 juillet (coproduction Hiéro Mulhouse et WNE).
2002 : Plusieurs manifestations pour les 25 ans de la radio.
Production et réalisation du concert de White Shade, Nedgeva et Brazen, le 12 janvier au Grillen.
Production et réalisation du concert de Dead for a minute, Like Petre at Home, Keelhaul et Knut, le 12 mai au Grillen (coproduction Bordertown).
Production et réalisation du concert de Aramis, Tom Case et Rainer Truby, le 31 mai au Grillen, soirée retransmise en direct sur RDL (coproduction Hiéro).
Production et réalisation du concert de Daytona et Electric Soft Parade, le 1 juin au Grillen, soirée retransmise en direct sur RDL (coproduction Hiéro).
Retransmission et commentaires du spectacle multi média « On viendra mourir une autre fois » depuis la Plaine de jeux Pasteur le 6 juin (coproduction l’Atelier du Rhin).
Repas des membres et les pionniers de RVF le 7 juin au restaurant Le Tage à Colmar.
2005 : Décision de reconduction du CSA n° 2005-171 du 22 mars 2005 : 103.5 MHz.
2006 : Déménagement de la radio au : 7 rue de l’Abbé Lemire, 68000 Colmar

Naissance nouveau logo :

logo rdl 5

2010 : Participation à la 29ème Foire Eco Bio de Colmar en mai au Parc Expo de Colmar.
Première participation au 21ème salon du livre de Colmar le 27 et 28 novembre 2010.
2011 : Participation à la 30ème Foire Eco Bio de Colmar en mai au Parc Expo de Colmar.
Décision de reconduction du CSA n° 2011-460 du 19 juillet 2011 : 103.5 MHz.
Mise en ligne du premier site RDL sur internet.
Participation au 22ème salon du livre de Colmar le 26 et 27 novembre.
2012 : Participation à la 31ème Foire Eco Bio de Colmar en mai au Parc Expo de Colmar.
Participation au 23ème salon du livre de Colmar le 24 et 25 novembre.
2013 : Emissions spéciales pour la Journée de la Femme le 9 mars.
Participation à la 32ème Foire Eco Bio de Colmar en mai au Parc Expo de Colmar.
Vote à l’unanimité de nouveaux statuts lors de l’Assemblée Générale Extraordinaire du 22 juin.
Participation au premier week-end des associations organisé par l’OMC le 21 et 23 septembre.
Participation au 24ème salon du livre de Colmar le 23 et 24 novembre.

2014 : Naissance d’un nouveau logo le 1er janvier :

logo long

Reconnaissance de l’association d’intérêt général par les services fiscaux le 15 janvier.
Emissions spéciales pour la Journée de la Femme le 9 mars.
Participation à la 33ème Foire Eco Bio de Colmar du 29 mai au 01 juin au Parc Expo de Colmar.
Retransmission et animation en direct du 10ème festival du Natala, 60 heures d’émissions en live du 17 au 20 juillet.
Réaménagement des locaux.
Participation au 25ème salon du livre de Colmar le 22 et 23 novembre.
2015 : Emissions spéciales pour la Journée de la Femme le 9 mars.
Participation au 12ème Festival de la BD de Colmar le 14 et 15 mars au Koïffus de Colmar.
Participation à l’exposition de la Plume Colmarienne du 23 au 26 avril au Koïffus de Colmar.
Participation à la 34ème Foire Eco Bio de Colmar du 14 au 17 mai au Parc Expo de Colmar.
Retransmission en direct du concert de Fran6 en direct de Sélestat le 16 mai.
Lancement du nouveau site internet le 5 juin.
Retransmission et animation en direct du 11ème festival du Natala, 60 heures d’émissions en live du 16 au 19 juillet.
Première participation à la scène off de la Foire aux Vins de Colmar. Enregistrement des concerts, interview des groupes et retransmission en direct du concert du groupe les DOGS le 13 août (en partenariat avec le CRMA).
Première opération porte ouverte de la radio, le samedi 24 octobre.
Participation au 26ème salon du livre de Colmar le 21 et 22 novembre.
Décision de reconduction du CSA n°2015-NA-29 du 7 décembre 2015 : 103.5 Mhz
2016 : Retransmission en direct du concert de la nouvelle Scène Off situé au marché Couvert de Colmar le 8 janvier avec le groupe The Grand Bay (en partenariat avec le CRMA).
Retransmission en direct du concert de la Scène Off situé au marché Couvert de Colmar le 5 février avec les DJs PHED et Edouard Von Shake (en partenariat avec le CRMA).