Radio Dreyeckland Libre

Broussai au Grillen

La ville de Colmar est connue pour son micro climat, mais un 12 décembre aussi chaud (météo logiquement parlant) c’est du jamais vu. A l’intérieur du Grillen, le reggae new roots du groupe local Spirit Revolution fortement remanié fait aussi grimper le thermomètre. Faya Max qui s’engage prochainement dans un projet solo est accompagné des fidèles frangins à la batterie et au clavier. Une choriste, un bassiste, un guitariste et un deuxième clavier viennent enrichir le répertoire pour pousser vers les sommets (bizarrement non enneigés) Home, Better Must Come, Red Gold & Green, We Are The One, la ganja tune Healing Of The Nation de Jacob Miller, Burn Them, Warn The World, Farmer Man de Jah Mason, Keep Strong, In Your Arms et In This Life. Spirit Revolution a pris de la bouteille, en faisant sauter le bouchon il devrait faire la fête au public encore longtemps. Après une petite pause technique, 5 autres musiciens à la composition similaire (basse/batterie, guitare et 2 claviers) s’installent pour soutenir les deux chanteurs maconnais Tchong Libo et Karma. Avec plus de 500 concerts, 5 albums studio et un album live au compteur, c’est crescendo et avec générosité que la déjà longue carrière de Broussaï est passée en revue. Marianne, Kingston Town, Le Cours De l’Histoire, Positive, Poing En L’Air, Cosmopolite, Pile Ou Face, Live Up, Jump, Mister Mandela, Sans Frontière, Le Temps De Vivre, Avec Des Mots, Stone Love, Contrastes Et Couleurs, A L’Envers, Rêve D’Evolution, Et Le Manège Tourne, Elle M’Accompagne ou Toujours A Fond font scintiller les tympans des fans. En acoustique avec une simple guitare ou en parfaite osmose avec son quintet émérite, Broussaï possède la formule magique pour se faire acclamer dès les premières notes. Les ovations vont s’estomper, la chaleur tropicale de cette douce nuit va retomber, mais qu’en est-il du climat ? Si la lutte contre le réchauffement climatique a désormais une base mondialement partagée et légalement reconnue depuis la fin de la COP21. Le texte largement utopique adopté au Bourget a avant tout le mérite d’exister et d’acter une prise de conscience commune. Reste maintenant aux pays signataires de le mettre en action et de freiner leur immense gloutonnerie en matière d’énergies fossiles. Les élans lyriques, les belles déclarations d’intention et les congratulations de circonstances ne protègeront pas notre belle planète, il faudra désormais arbitrer entre développement économique et respect des engagements. Si on ne peut éviter le mur, tentons au moins d’amortir le choc, à condition de commencer à freiner maintenant. Bonne route à tous pour 2016 & Live reggae music for ever !

Diaporama sur : Reggae Est